Porcins. En 2021, le repli de la demande chinoise en porcs provoque un retournement du marché en France et dans l’UE

Christelle Ugliera , SSP

En 2021, la production française de porcs se contracte alors qu’elle continue de croître dans l’UE. Si les abattages sont quasiment stables, l’exportation d’animaux vivants se replie, retrouvant des niveaux plus habituels. En revanche, les exportations de viande atteignent des niveaux record et les importations rebondissent, notamment en fin d’année, portées par la réouverture de la restauration hors foyer. La présence soutenue depuis deux ans de la Chine aux achats – qui avait apporté une bouffée d’oxygène sur un marché européen du porc en grande partie saturé par la viande allemande – se réduit à partir du printemps 2021, entraînant un retournement des prix. La France résiste mieux que ses concurrents grâce à l’importance de son marché intérieur et au rebond de la consommation en 2021. Pour autant, en forte hausse au printemps, les cours du porc chutent en France à compter de juillet. La poursuite conjointe de la hausse du coût des intrants pèse sur la marge des élevages porcins au second semestre.

Paru le : 11/05/2022

Publications nationales

Conjoncture – Synthèses Animaux de boucherie

N° 389


Thèmes (1)
Plier/Déplier la boite
Porcins : cheptels et viande
Années de référence (1)
Plier/Déplier la boite
2021
Niveau géographique (1)
Plier/Déplier la boite
France entière